On part ? Mais pourquoi donc …

05 août 2014 – Belgique – Nothomb

Alors on part ! C’est décidé … Mais pourquoi donc !? Comme le dit  un de nos amis :  Vous avez tout ici ! Une famille, des amis, une chouette maison dans une belle vallée, un métier qui nous apporte de belles satisfactions, des activités qui nous tiennent à cœur comme le sacro-saint tennis de Marie-Alliette avec ses copines, et la carrière – toute relative …- musicale et sportive de Paul qui n’a pas encore complètement abandonné son ambition de devenir N°1 mondial en tennis de table …

work.2366314.2.flat,550x550,075,f.signboard-of-directions-to-different-cities-of-the-world

Alors oui, bon sang, pourquoi part-on ? A chacun d’y répondre …  

Pour Marie-Alliette :  « Les voyages, j’ai toujours aimé…. Trop facile me direz vous. Oui, mais ici je parle de voyage pas de vacances  où tu loges à l’hôtel, on te fait ta chambre, tes repas, quelques petites activités par ci par là…

Les voyages c’est partir un peu à l’aventure, en ayant seulement la destination et puis, quand tu arrives sur place, tu vas là ou le vent te porte en fonction des gens que tu rencontres et des endroits magnifiques que tu as envie de découvrir et que la nature a  à t’offrir.

Donc ok pour partir, mais faire des kilomètres, pour faire des kilomètre peut -être pas. j’ai aussi envie de prendre le temps de rester au même endroit et d’aller à la rencontre des personnes vivant sur place et de partager avec  eux leur quotidien même pour peu de temps…

Partir à deux, c’est aussi se retrouver 24H / 24 ensemble, « pour le meilleur comme pour le pire » comme on nous a dit lors notre mariage … mais sans les contraintes du quotidien, en dehors du cadre habituel, et jusqu’à présent quand nous partions cela se passait bien entre nous. Maintenant trois semaines, ce n’est pas un an!

Partir c’est aussi laisser ici ceux à qui l’on tient vraiment, en commençant par les enfants, mes parents et puis tous les autres, familles et amis qui certainement vont nous manquer…

Mais vous partez sans enfants, me direz-vous… Pour les enfants, ils sont « grands » maintenant et ils  nous rejoindront sans doute à un moment donné ou l’autre, en fonction de leurs envies  et de leurs disponibilités. En partant un an, on leur démontre qu’on a confiance en eux, et qu’on les sent capables de se gérer seuls et d’assumer leur quotidien sans nous cette année … Et puis il y a internet aussi, on n’est pas complètement inaccessibles, même si nous serons fort dépendant des connections que l’on trouvera là-bas. Mais une chose est sûre ils vont terriblement me manquer … »

Pour Paul, cela vient de loin, en vrac : « Un parrain Marin qui envoie des cartes postales du monde entier et ramène des souvenirs qui font voyager … (un crocodile empaillé, une carapace de tortue … cela ne se ferait plus aujourd’hui, et c’est très bien comme cela), un père qui passe plusieurs mois en antarctique et ailleurs avec son hélico, les voyages en solo à moto en Laponie, les voyages en famille avec nos enfants, toujours dans un esprit « Routard » et autonome, … souvent à la découverte de la grande bleue …

Et toujours ce sentiment de se sentir «bien » en voyage, l’esprit curieux et ouvert aux imprévus dont découlent toujours les meilleurs souvenirs improbables qui jamais ne s’effacent …

Alors, cela devient progressivement une évidence : S’offrir un luxe ultime et précieux à mes yeux : Le temps … Se donner le temps de faire quelque chose de fort ensemble avec Marie-Alliette, en-dehors des préoccupations et contraintes habituelles qui, comme les gaz rares, remplissent si facilement le quotidien …

Nul doute, le voyage sera aussi rempli de contraintes (météo, disponibilité aléatoire de carburant, pannes inévitables, routes impraticables, confort relatif du mobilhome et toutes celles que nous ne connaissons pas encore … ) mais ces contraintes seront celles que nous avons choisies et les difficultés rencontrées feront – au même titre et sans doute même plus encore que les souvenirs plus « Carte postale » – partie de notre capital personnel immatériel …

Se retrouver chaque jour autonome dans ces choix et retrouver la flamme de l’esprit aventureux et du plaisir de la découverte qui avaient une tendance certaine à s’étioler progressivement et ce, sans perdre le lien – au contraire ! – avec nos enfants, nos amis de toujours.  Voilà …  et alors le lieu, le moyen de locomotion, les pays visités, les choses vues, les conditions de voyage deviennent très secondaires à mes yeux … »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>