Peninsule de Valdés : Mammifères marins et terrestres en vue !

08 novembre 2014 – Argentine – Puerto Madryn – Peninsula Valdès

A 1500 km au sud de Buenos-Aires, se trouve la Peninsula Valdés, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO qui la décrit comme suit : « Située en Patagonie, la presqu’île de Valdés est un site d’importance mondiale pour la préservation des mammifères marins. Elle héberge d’importantes populations reproductrices de baleines franches menacées, ainsi que d’éléphants de mer, de lions de mer et d’orques ayant développé dans cette région une stratégie de chasse unique en son genre, afin de s’adapter aux conditions côtières locales ».

mapa_valdes (Copier)

Pas moyen de faire mieux pour nous motiver à nous y rendre …

Avec ses 4.000 km² et ses 400 kms de côtes, la péninsule est grande et on se voit déjà y passer une dizaine de jours en bivouaquant avec Corto dans des sites exceptionnels … Nous déchantons vite : Le centre d’informations de Puerto Madryn nous informe qu’il est tout simplement interdit d’entrer et de rouler en casa rodante (mobilhome) sur les pistes en « Ripio » (cailloux) de la réserve pour accéder aux sites d’observation ! Et donc bien entendu, interdiction d’y loger aussi.

Interdiction d’y loger, on peut comprendre (c’est une réserve, et nous respectons cela), par contre, pour l’interdiction d’y rouler, il doit y avoir une erreur quelque part, quand on voit les bus touristiques de Buenos-Aires entrer dans la péninsule … On vérifiera plus tard.

En attendant, nous décidons alors de nous trouver un point de bivouac sur un petit chemin côtier en terre, juste avant l’entrée dans la péninsule … et nous trouvons un splendide site totalement isolé, sur un petit promontoire en bordure de falaise avec vue sur le Golfo Nuevo ! Nous commençons déjà à ravaler notre déception …

Nous sommes d’autant plus excités que Marie-Alliette a déjà repéré le souffle des baleines franches à l’horizon ! Elles sont donc encore bien là, avant de retourner pour l’été austral vers l’Antarctique, et c’est une très grande bonne nouvelle pour nous … Au bord de la falaise, on se rue sur les jumelles et on scrute l’horizon … « Là, un souffle ! ». On se concentre avec les jumelles sur une baleine qui passe à quelques centaines de mètres de nous. C’est déjà super. Tout en gardant les yeux fixés au loin avec les jumelles, Marie-Alliette dit : « C’est toi qui souffles ainsi ? Tu veux les jumelles, peut-être? ». « Euh, non, ce n’est pas moi… ». Encore un souffle. « J’entends quelque chose … ». Ce « quelque chose », ce sont deux baleines qui passent très calmement juste en dessous de nous, à 10 mètres du rivage ! Moments privilégiés exceptionnels …
IMG_7493 (Copier) Nous passerons 3 jours à observer les baleines à partir des falaises ou du rivage, sans jamais nous lasser …

Il faut dire que les baleines franches sont toujours très actives …

P1010956 (Copier)

 

Et puis on se dit qu’on doit quand même tenter de rentrer dans la péninsule de Valdés, malgré l’avis catégorique du centre d’informations … Bien nous en a pris : Il n’y a aucune restriction pour notre Casa rodante ! Soulagement : Nous voici donc dans la péninsule … (nous retournerons d’ailleurs plus tard au centre d’informations pour leur permettre de corriger leurs indications …).

Nous y passerons 3 jours à découvrir la faune marine exceptionnelle de la Punta Norte à Punta Delgada en passant par Caleta Valdès et Punta Cantor … et nous serons bien récompensés : Eléphants de mer, Otaries, Manchots de Magellan sont au rendez-vous …

La vie d'un éléphant de mer ressemble à cela ...
La vie d’un éléphant de mer ressemble à cela …

Et puis, énorme cerise sur le gâteau … les Orcas nous honorent d’un passage majestueux à 5 mètres du rivage sur lequel se reposent des éléphants de mer ! Encore un moment exceptionnel …

Ce jour-là, nous avons justement avec nous Mattieu, photographe animalier et fervent d’écologie qui voyage depuis 3 ans de réserves en réserves autour du monde …

Un peu coincé sans véhicule en périphérie du parc avec ses 41 kilos de matériel dans ses sacs à dos (cela pèse lourd ses objectifs, boîtiers, tente, etc …), nous lui avons proposé de nous accompagner dans Corto. Il vivra donc avec nous cette rencontre avec les Orcas et immortalisera ce passage avec de splendides photos des Orques, mais aussi avec ce que son œil aux aguets a vu … Impressionnant !

Faites-vous plaisir en allant voir son site Web : www.mattpotier-photo.com

L’observation de tous ces mammifères marins est un vrai privilège … Et nous en avons bien conscience …

Mais le vrai privilège que nous avons eu au cours de ces trois jours, c’est de découvrir deux mammifères terrestres hors norme dont la présence à la Peninsula Valdés est exceptionnelle, compte tenu de leur cycle migratoire qui s’étale sur 2 ans.

Ces bipèdes à sang chaud dont l’appellation scientifique est « Tandemis revensis » partent de France pour traverser l’Espagne, l’Amérique du sud, la Nouvelle-Zélande, et l’Asie du Sud-Est, avant de revenir en France … Ils sont connus pour leur ténacité, leur résistance à l’effort, leur endurance, leur extrême gentillesse et la très faible empreinte écologique qu’ils impriment sur la planète …

C’est de Charles et Jordan que nous vous parlons … Deux jeunes français de 19 et 20 ans qui font le tour du monde avec Sun, leur Tandem, et que nous avons eu la chance de rencontrer !

Charles, Jordan et Sun !
Charles, Jordan et Sun !

Il faut avoir vécu le permanent vent Patagonien (toujours quasiment de face vers le sud…) et les routes en ripio (cailloux) dans lequel leur lourd attelage s’enfonce pour commencer à imaginer l’incroyable effort et l’indestructible motivation qui les anime : Charles aura 20 ans à Ushuaïa le 2 janvier 2015. Nul doute, ils y seront !

Mais lorsque nous les rencontrons, ils sont un peu dans le creux de la vague, coincés malgré eux – eux aussi ! – en périphérie du Parc Valdés dans lequel ils avaient prévu de passer 9 jours (rien n’indique en effet l’interdiction de dormir dans le parc, sauf les rangers qui les ont expulsés manu militari …).

Nous avons réussi petit à petit à apprivoiser ces deux bipèdes un peu sauvages qui, au début, n’acceptaient rien : « Non, non, on a tout ! … ». Incroyable !

Avec un peu de persévérance, nous les transportons finalement avec leurs 100 kilos de barda dans la péninsule avec Corto …

Jordan et Sun ... Dans la soute de Corto !
Jordan et Sun … Dans la soute de Corto !

Cela s’est joué à très très peu de choses près, mais il faut croire que nous avions choisi Corto pour un jour, au cas où, on ne sait jamais, être capable de transporter un tandem tourdumondiste : Largeur de la soute de Corto : 1m97, longueur de Sun roues et porte-bagages démontés et dérailleur replié : 1m96 … Ouf !

Et ce fut le début de très chouettes moments avec eux et de partage de leurs incroyables anecdotes de voyage … IMG_7671 (Copier)

P1050044 (Copier)

Jordan et Charles ont relaté cette rencontre qui s’est étalée sur 3 jours dans l’article très drôlement intitulé « Ils nous ont permis de garder la frite ! » de leur site www.letandemdunreve.com qui retrace tout leur périple : N’hésitez pas allez voir de quoi sont capables ces petits jeunes et surtout, encouragez-les : chaque encouragement, c’est du carburant pour 50 coups de pédales …Et il leur en reste encore quelque uns devant eux !

Nous les avons sans doute aidés à un moment bienvenu pour eux, mais ils nous ont offert bien plus : le privilège d’observer de très près une amitié indéfectible et une complémentarité exemplaire (à Jordan la communication, à Charles la planification) au service d’un rêve  fou. Quand nous pensons que certains croient que nous sommes des baroudeurs … Ah, ah, ah ! Quelle bonne blague …       Chapeau bas Jordan, Charles … et Sun !

De g. à d : Jordan, Charles, Marie-Alliette, Mattieu et Sun et Corto !
De g. à d : Jordan, Charles, Marie-Alliette, Mattieu et Sun et Corto !

4 réflexions au sujet de « Peninsule de Valdés : Mammifères marins et terrestres en vue ! »

  1. Bien cher Paul et Marie,

    … je ne trouve pas les mots pour dire mes sentiments à la lecture de vos « pages », à toutes ces images magiques, incroyables, …
    … côté couleur c’est plus gris chez nous, j’attends le blanc avec impatience !
    … et à part dire classiquement « que du bonheur » en parcourant votre site … … je termine en vous disant : « mais qu’est-ce qu’on fout ici » …

    Bisous
    Dame Zannick

    1. Chère Dame Zannick, tant mieux si nos pages « résonnent » comme cela :)

      De notre côté, il n’y a pas un jour qui passe sans que quelqu’un ne vienne nous dire ou nous fasse comprendre à quel point la décoration de Corto est super et que le mobilhome est « muy Lindo » (« joli ») … Grâce à tes dessins, les gens rentrent spontanément en contact avec nous … et c’était bien un des objectifs :)

      A bientôt,

      P & M-A

  2. Merci et encore merci pour ces fabuleuses images et ce récit qui sonne comme une invitation au partage de l’aventure.Il me semble connaitre ces deux bipèdes (ou bi pédaliers d’ailleurs!), il se sont échappés de nos domaines il y a tout juste 3 mois.
    Les spécialistes du sujet s’accordent à dire qu’ils reviennent toujours au nid…De toute façon, ils sont bagués…
    Bonne continuation à vous tous et continuez de nous faire rêver à travers vos images et vos récits…On a l’impression d’y être…Mais ce n’est qu’une impression!
    Bonne Route,

    Pascal.

    1. Merci pour votre commentaire très bien tapé qui nous a bien fait rire ! Etant à l’affût d’autres rencontres avec ces deux spécimens rares, nous avons déjà pu récolter du matériel supplémentaire de première main issu d’autres observations rapprochées et toujours aussi inoubliables !
      Nous ne manquerons bien entendu pas de les relater dans nos prochains articles …
      Paul & Marie-Alliette

Répondre à Paul & Marie Massart Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>