Nous avons été cuisiner 3 heures à la douane et passons la nuit au poste !

28 janvier 2015 – Argentine – Paso Internacional Ingeniere Palavicini.

Dans notre remontée vers le Nord, nous décidons d’emprunter un bout de la route mythique « Caretera Austral » au Chili. Différentes options s’offrent à nous pour passer la frontière entre l’Argentine et le Chili.  Mais laquelle choisir ?

Comme nous devrons forcément passer par la pré-cordillère des Andes, nous nous renseignons sur l’état et la difficulté des différentes routes menant aux « Paso Internacional ». Nous optons finalement pour le « Paso Internacional Ingeniere Pallavicini », où nous arrivons en fin d‘après-midi après plus de 80 kilomètres de routes en ripio « cassant » (25 km/h maximum pour Corto si on ne veut pas le voir se disloquer !).
P1060669

Quelques baraques au pied du col, 4 douaniers et policiers, 20 chevaux (la majorité en liberté aux alentours …), vue sur le Lago, quelques voitures qui passent la frontière par jour … Voilà le – beau et serein – décor planté.

Nous ne voulons pas passer le col en fin de journée : « Perdon, podemos acampar aqui por la noche, por favor ? ». « Si, si, no problema » … et de nous ouvrir la barrière d’enceinte du poste de douane où nous nous installons tranquillement. Aussitôt installés, nous sortons toutes nos réserves de victuailles et les cuisinons toutes durant 3 heures …

IMG_0620 (Copier)

Au passage, nous tenons à faire remarquer qu’il n’y a pas de faute de conjugaison dans le titre de cet article : c’est bien « nous avons été cuisiner » et non « nous avons été cuisinés » :)

Mais pourquoi donc cette frénésie culinaire ? Et bien pour des raisons officiellement sanitaires, le Chili interdit l’entrée sur son territoire de toute viande, laitage, miel, bois, œufs, légumes, fruits, etc … Bref de tout ce qui est frais et d’origine animale ou végétale … Chaque véhicule est contrôlé individuellement à l’entrée du territoire chilien et les denrées fraîches sont confisquées … Par contre, il semblerait que les denrées cuites passent la frontière …

Et nous voilà donc à cuisiner comme si nous faisions l’intendance pour une troupe de scouts ! Le lendemain matin, nous effectuons sans encombre les formalités de sortie du territoire argentin dans la petite douane qui nous héberge … Plutôt que de les voir se faire confisquer et détruire à l’entrée au Chili, nous leur donnons nos dernières denrées fraîches non utilisées : du beurre et un fromage. Est-ce pour cette raison qu’ils nous proposent – si on en a envie – de nous ouvrir l’accès – privé – au lac et de nous y rendre avec nos VTT ? On ne se fait pas prier et nous voilà pédalant vers les jolies eaux du lac sur un domaine privé de l’administration chilienne où nous croisons les chevaux en semi-liberté marqués au fer du sceau « Gendarmerie Nationale ».

Ayant marqué notre intérêt pour leurs chevaux, voilà qu’un des douaniers nous propose de participer à la patrouille équestre le long de la frontière avec le Chili ! Bon, autant le dire tout de suite, cela ne se fera pas … C’était sans doute un peu trop beau ! Mais ce fût à très, très peu de choses près, le douanier-vétérinaire en charge de la ronde étant de garde au poste ce jour-là … : « On le fera à votre retour ! ». Nous quittons ce poste frontière argentin avec accolades (pour Paul) et embrassades (pour Marie-Alliette) …

Passage de frontière pas banal, vous en conviendrez ! Nous avons à peine quitté ces très sympathiques douaniers en direction de la frontière chilienne (22 kilomètres de No Man’s land dans la moyenne montagne) que la réalité des routes nous rattrape tout de suite …

P1060690 (Copier)

Le revêtement est en ripio (graviers / cailloux à peine tassés) et les pentes sont fortes, voire très fortes … Tout ce qu’un mobilhome de 3,4 tonnes, traction avant adore … Et nous voilà donc bloqués aux ¾ d’une pente, roues patinant dans les graviers et le sol poussiéreux. Nous n’embêtons pas grand monde (personne en fait …) car pas grand monde ne passe par ce poste frontière. C’est une chance, mais c’est aussi embêtant parce que nous ne pouvons pas compter sur un 4X4 de passage pour nous tracter …

Sans attendre cette éventualité, Paul vide la soute arrière de Corto (pour gagner du poids et diminuer l’effet de levier qui allège les roues avant), déplace 50 kilos de bidons d’eau sur le train avant (pour augmenter l’accroche des pneus avant), installe le crochet d’attelage et la sangle de traction à l’avant de Corto …

P1060689 (Copier)

« 3 », « 2 «, « 1 » : Go ! Marie-Alliette met les gaz et Paul tire tout ce qu’il peut (pas grand-chose …) sur la sangle de traction. Cela ne passera pas du premier coup, mais cela finira par passer … Restera à redescendre rechercher le contenu débarqué de la soute et à repartir en priant qu’il n’y ait pas d’autres passages aussi … ou plus délicats ! Le paysage est superbe, mais nous n’avons pas totalement l’esprit dégagé …

IMG_0654 (Copier) P1060685 (Copier)

Nous franchirons de toute justesse d’autres passages en serrant les fesses … Les pneus de Corto auront sans doute perdu pas mal de gomme dans l’aventure, mais cela passera et nous voilà au poste de douane chilien …où les plats cuisinés feront merveille : Tout passera, rien ne sera confisqué et détruit ! On souffle un bon coup …et on attaque la caretera austral en espérant qu’elle sera plus clémente pour Corto …

4 réflexions au sujet de « Nous avons été cuisiner 3 heures à la douane et passons la nuit au poste ! »

  1. … ouf … j’ai eu peur … je range mes oranges !

    Comme d’habitude, toujours un plaisir de lire vos aventures !
    Vous avez le bonjour de « Bulle color » …
    Gros bisous
    Dame Zannick

    1. Dommage pour les oranges !

      La déco de Corto fait toujours autant mouche (Corto est très régulièrement pris en photo !)

      Bizz,

      Paul et Marie-Alliette

  2. A ton retour, tu pourras te reconvertir dans l’écriture …. un autre talent à ton arc !

    Je vis intensément vos aventures. Un peu rassurée aussi de lire que vous n’avez pas été affectés par le séisme d’il y a deux semaines.

    Bonne route !
    Bises à vous 2
    Angélique

    1. Hola Angélique,

      Merci pour tes commentaires … Pour le séisme, on est passés à côté (dans tous les sens du terme …).

      Pour l’écriture, j’y réfléchis :)

      Paul et Marie-Alliette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>