Estamos en Buenos-Aires !

12 octobre 2014 – Argentine – Buenos-Aires

Cette fois-ci, on y est ! …

P1010460 (Copier)Il y a à peine dix mois nous ne savions pas encore que nous entamerions une année de voyage … et encore moins que nous serions ici, à Buenos-Aires ! Nom mythique qui fait résonner notre imaginaire …

Ces dix mois ont été très intenses. A notre vie de tous les jours – professionnelle, sociale et familiale – qui n’a pas changé durant ce temps, se sont rajoutées une multitude de tâches préparatoires au voyage …

De listes de choses à faire en listes de choses à ne pas oublier pour ici (Belgique) ou pour là-bas (Amérique du Sud), ce sont des dizaines de feuilles Excel et des centaines de tâches qui se sont accumulées …

Des tâches les  plus générales … (Dis, on part quand et où ? … et avec quel moyen de transport ? Ne penses-tu qu’on pourrait transformer la maison en co-location en conservant des chambres pour nos enfants ? Tu crois que nous sommes couverts pour le véhicule en Amérique du sud ? Tu penses que c’est facile de transporter un mobilhome en cargo ? Et d’ailleurs quel mobilhome … ? Tu n’oublies pas qu’on a cours d’espagnol ce jeudi ? Tu préfères aller aider Corentin à s’installer dans son nouveau kot lundi ou mardi ? Ne penses-tu pas que ce serait chouette de tenir un blog de voyage ? OK, ok mais avec quel outil, alors ? etc …)

… aux tâches les plus détaillées (Finalement on la prend avec nous ou pas cette jupe, cette robe, cette paire de chaussures ? As-tu pensé à scanner tous les documents importants au cas où ? Ce serait quand même chouette si on se faisait des cartes de visite sympas, non ? Tu penseras à arrêter ton abonnement GSM et à faire la liste des numéros de téléphones utiles pour les enfants ? etc …).

Et quand on partira, bien entendu, beaucoup de tâches ne seront pas clôturées et seront à faire plus tard où, avec le recul du voyage, ne se feront tout simplement pas …

Bon allez … on est quasi prêts … Comment ? Ils ont annulé le Cargo qui transporte Corto en Amérique du Sud ?  Ah bon ! Mais il pourra transiter avec 15 jours de retard ? Bah, ce n’est pas très grave en fait et peut-être même mieux finalement : on en profitera pour mieux visiter Buenos-Aires et Montevideo sans avoir déjà un véhicule dans les pattes …

Bref des mois intenses qui changent par définition du quotidien … et puis une petite fête, des adieux plus intimes en famille, quelques cadeaux tellement bien ciblés de nos amis et de nos enfants, quelques larmes aussi … et puis, le départ.

Si, si, verdad : Ahora estamos en Buenos-Aires.

Et Buenos-Aires nous accueille bien ! Finement joué : c’est le printemps ici … la météo est très favorable et c’est un plaisir de se balader dans la ville.

Street Music à San Telmo
Music à San Telmo

Floralis generica  Parco
Floralis generica

Tombe Recoleta
Tombe à Recoleta

D’habitude, lorsque nous voyageons, nous avons une seule et première nuit réservée dans un logement … Ici, ce n’est même pas le cas (cela faisait partie des points de la feuille Excel n°8 qui n’ont pas été réalisés avant le départ …).

C’est donc à Buenos-Aires même que nous réservons la première de nos 365 nuits en Amérique du Sud. Et le lendemain matin … C’est le marathon de Buenos–Aires qui passe sous notre balcon !

IMG_6802 (Copier) IMG_6823 (Copier) IMG_6832 (Copier)

Nous faisons alors ce que nous avons toujours apprécié ensemble : Appréhender modestement et progressivement une ville par petites touches … C’est l’occasion de pratiquer notre espagnol dans la rue, les commerces, les petits restaurants,… De comprendre le rythme des chaque journée, la façon de s’alimenter, d’utiliser les transports en commun, etc …

A ce propos, objectif – modeste – aujourd’hui : utiliser un bus dans Buenos-Aires … Suivez le guide ! Ah, donc il faut la monnaie exacte en pièces pour acheter son billet dans le bus ? Très bien on va aller changer un billet dans un magasin, alors. Comment, la Banque nationale Argentine n’aurait émis que très très peu de petite monnaie pour 40.000.000 d’argentins et aucun magasin ne voudra ni nous échanger un billet ni même nous rendre la monnaie en pièces  ?

Mais on fait comment alors ? Ah, on peut aussi acheter une carte de transport Métro-Bus dans le métro ? Muchas Gracias ! On y va de ce pas. Tiens, ça alors, la station de métro est fermée. Ah ben non, on ne savait pas que c’était un jour férié aujourd’hui ! Et on peut les trouver où alors ces fameuses cartes « Subte » ? Dans un « Kiosko » ! Super : il en a vraiment partout ! « Perdon es possible de comprar una carta Subte aqui ? ».
Ah, uniquement dans un « Maxi-Kiosko ». Parfait, parfait. Il y en a justement un à 200 mètres.

Et ben voilà on l’a cette fameuse carte « Subte », et pas cher en plus. Suffit de prendre le bon bus maintenant. Comment, la carte n’est pas chargée ? Ah … il faut aussi la charger !? Et on peut faire cela où ? Dans le métro ! Ah ben ça c’est super … Bon, allez on prendra le bus demain.

Tout nous prend donc du temps, mais le temps, justement, on l’a et cela change tout … Rien ne nous contrarie et nous profitons de l’instant présent …

Et quand le soir, nous revenons de nos découvertes et tribulations de la journée, nous profitons du havre de paix de notre hôtel « all-inclusive » … Terrasse ensoleillée sur le toit avec hamacs à disposition, chambres peintes par des artistes locaux ou de passage, literie « Mieux que chez nous », salle de billard, cours de tango, etc … Hilton ? Intercontinental ? Waldorf Astoria ? Sofitel ? … Vous n’y êtes pas : C’est l’auberge de jeunesse « Art factory » de Buenos-Aires qui est notre camp de base que nous vous décrivons …

Nous n’y sommes évidemment pas les plus jeunes, mais pas les plus âgés non plus … et ce sont plus des voyageurs que des touristes que nous croisons, dans une atmosphère sympathique, calme et très respectueuse. Bref, on s’y sent vraiment bien …

Et le staff est très fiable en plus … Un exemple ?

Forcément en voyage au long cours, on trimballe avec soi une somme d’argent relativement significative, et particulièrement en dollars US qui reste LA devise de référence en Argentine et pour tout dire la valeur refuge des argentins qui veulent se protéger contre l’importante inflation (11 % l’an selon l’organisateur et 25% l’an selon Monsieur tout le monde … ).

Sans être paranoïaque, il faut néanmoins faire preuve d’une certaine prudence. Et donc, sur les conseils avisés de nos amis, nous avons pris l’habitude de répartir et dissimuler nos billets dans des endroits les plus improbables possibles … Et là, dans notre chambre de l’Art factory, on a tout de suite vu que la meilleure place c’était sur une pale du grand ventilateur situé à 3 mètres du sol … Parfait parfait, sauf que ce jour-là et 10 minutes après avoir mis périlleusement en place notre brillant dispositif, le technicien en charge de la maintenance passait vérifier le fonctionnement de tous les ventilateurs de l’auberge de jeunesse et donc de celui de notre chambre … Test réalisé une fois tous les deux mois … Quelle n’a pas dû être sa surprise lorsqu’il a dû voir s’envoler nos billets verts …

Et quelle n’a pas été notre surprise lorsqu’au retour du resto, le jeune en charge de l’auberge nous a demandé si nous avions placé « quelque chose » sur les pales du ventilateur et nous les a remis en rigolant … Chapeau, non ? Allez deux bonnes bouteilles de Malbec argentin pour les remercier et en route vers de nouvelles aventures …

Et pour terminer, nos coups de cœur à Buenos-Aires :

Pour Marie-Alliette :

L’auberge de jeunesse Art Factory : Superbe chambre, grande ; très très haute de plafond, lit double douillet, grand ventilateur :), personnel adorable, belle déco et en plus le calme… que demander de plus ?

P1010547 (Copier)

La météo aussi : soleil, soleil, soleil = tee shirt et jupette…. Et aussi les parcs en ville : petit havre de paix en pleine journée :)

Le concert de Chamamé (genre musical traditionnel de la côte Nord-est de l’Argentine, 2 guitares et un accordéon) dans une superbe salle de spectacle récemment rénovée dans l’« usina del Arte »

Et aussi, le réveil des 2 premières nuit à l’hôtel de l’Avenida de Mayo. On nous avait dit qu’ils se réveillaient tôt à Buenos Aires, et de fait dès 6H00 du matin on s’est fait réveiller par des voix et des rires dans la rue, pas grave, on se met au rythme dès le premier jour et on se lève vers 7H00 (faut pas exagérer quand même, c’est notre premier jour !). On va déjeuner un peu plus loin dans la rue et on se trouve bien vieux tout d’un coup. Ceux de la rue sont jeunes, nettement plus jeunes ! Franchement, chapeau de se lever si tôt…et puis à bien y regarder, ils ne se lèvent pas tous ces jeunes, ils rentrent simplement dormir après une nuit en discothèque :)

Pour Paul, les mêmes coups de cœur que Marie-Alliette (sauf peut-être le ventilateur …) avec en plus le Musée des arts latino-américains du XX° siglo (le MALBA), le Malbec argentin (ben oui, on ne se refait pas …) et les parillas de sublime viande argentine (accompagnés du Malbec …).

Et tout cela en 6 jours …

A suivre…

6 réflexions au sujet de « Estamos en Buenos-Aires ! »

  1. Vraiment sympa de prendre le temps de nous partager vos découvertes. On a l’impression d’y être un peu avec vous. Essayez quand même d’utiliser des cachettes moins originales même si ça fait des souvenirs hauts en couleurs…
    Gros bisous.

    Anne et Paul.

  2. C’est génial et le coup du ventilateur d’abondance est simplement époustouflant (comme dirait Marc Ysaye). J’en pleure encore. Merci.

  3. Tout sympa l’article, quoique relativement long je l’ai dévoré.
    Tout sympa aussi la déco de l’Art factory, on aurait du mal à trouver un style aussi décalé içi je pense :)

  4. Impossible de ne pas sourire, les photos me font rêver ! !

    Votre récit est une bouffée de découvertes, de liberté, d’aventures … de l’authentique en concentré ! j’MMMMM

    Bisous, bisous

    Pitou de Mbandaka

  5. … quelles aventures … c’est comme si on y était !
    Magnifique résumé … les premières pages d’un grand livre.
    Gros bisous
    Annick

Répondre à de BECKER Pierre Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>